L’Internet libre, c’est pour qui?

Ordinateur portable entrouvert
Print Friendly, PDF & Email

On se dit souvent que comprendre le fonctionnement d’Internet, ce n’est pas pour nous. Or, pas besoin d’être un.e geek, un.e super activiste ou les deux pour avoir quelque chose à y gagner.

Photo par Tim Marshall sur Unsplash

Vous appartenez à une minorité

Si vous appartenez à une minorité, vous avez sans doute déjà connu la magie de YouTube, des blogs, des forums au travers desquels vous pouvez enfin être vous, parler de vos problèmes ou simplement exprimer votre point de vue sans récolter de l’agressivité. Or, si quelques modérateur.ices travaillent dur dans certains de ces espaces pour que vous n’ayez pas à affronter les trolls et autres créatures de la forêt numérique, vous voyez bien que tôt ou tard la digue s’effondre et la haine se déverse.

A la fin, vous voulez vous sentir lié.e aux autres personnes qui partagent votre condition, mais vous devez « vous blinder » pour pouvoir les rejoindre virtuellement, ce qui n’était pas l’idée de départ. Déjà las.se d’avoir à affronter la discrimination dans la vie réelle, vous éteignez votre écran sans savoir qu’un autre Internet existe.

Vous êtes un.e artiste

Certes, les réseaux sociaux, les hébergeurs de blogs, les plateformes de partage classiques vous offrent des possibilités de financement grâce à la publicité et aux partenariats. De plus, si vous n’avez aucun contact dans la vraie vie, vous vous sentez obligé.es d’emprunter ces circuits pour gagner en visibilité. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment cela pourrait se passer autrement ?

Si, au lieu d’être plongé.e directement dans un espace numérique hyper compétitif ou seul.es les mieux équipé.es survivent, vous vous rendiez sur les chemins de traverse ? Au lieu de vous perdre, vous pourriez trouver de petites communautés, plus ciblées. Vous auriez l’entier contrôle de vos données et vous pourriez les exporter à tout moment. Et surtout, pas de démonétisation, ni de suspension de compte dès que vous avez un peu d’audace créative. L’argent ? Ce n’est pas parfait, mais il y a des solutions pour ça.

Vous avez un projet de groupe

Vous suivez un cours et avec vos camarades, vous avez besoin d’échanger des ressources, des notes, ou de préparer un exposé. Vous faites partie d’une association et vous devez régulièrement préparer des sorties et des animations. Vous êtes un groupe d’ami.es qui a envie de tourner un court-métrage ou de créer une petite pièce de théâtre. Vous participez à un groupe de réflexion.

Quoi qu’il en soit, c’est magnifique d’avoir un projet en commun. Êtes-vous sûr.e de vouloir le mener entièrement sur Slack, Whatsapp ou Google Meet ? Il est dommage de se laisser entraîner par la pression des pairs alors qu’il existe d’autres supports pour collaborer. Tout dépend des conditions de chacun.e, mais si vous en avez l’occasion, testez d’autres outils. Ceux-ci pourraient bien avoir un impact positif sur votre dynamique de groupe.

Vous avez peu accès à Internet

Vous devez aller à la bibliothèque, au café ou dans une association pour vous connecter. Votre équipement est de mauvaise qualité, faute de moyens. Vous venez juste d’arriver en France _ bienvenue _ et l’accès à Internet est à la fois une question de survie et le dernier de vos soucis. Vous êtes handicapé.e. Si il s’agit d’un problème cognitif, il y a peu de chances que les sites d’aujourd’hui vous soient adaptés, même si il s’agit de portails cruciaux comme celui de la CAF ou de la fac.

Exclu.e numériquement, il est d’autant plus difficile pour vous de mener votre vie comme vous le souhaitez. Vous, en premier lieu, avez intérêt à ce que ça change.

Vous aimez la démocratie

Tout autour de vous, vous voyez les débats se cliver, les extrêmes s’accentuer, les inégalités se creuser, et vous trouvez que ça n’annonce rien de bon. Pour vous changer les idées, vous faites un tour sur Internet, et vous voyez exactement la même chose. Vous vous dites qu’il y a sans doute un lien même si vous ne parvenez pas à l’expliquer.

Puis vous vous rendez compte que les moteurs de recherche et les réseaux sociaux d’aujourd’hui sont structurés comme une dictature : un seul serveur, une compagnie puissante, un algorithme obscur, de la censure sous toutes ses formes. Vous avez envie d’aller plus loin.

Si vous vous êtes reconnu.e, que vous êtes juste curieu.se et que vous voulez rester, à bientôt pour un article plus ciblé et plus technique.

Si vous commentez, ça m'encourage !