Pandémie : Préparer l’après (partie 1)

Disclaimer : Cet article n’est en aucun cas un essai rédigé par une doctorante en sciences politiques, mais simplement le produit de mon opinion personnelle.

Ces derniers temps, je me censurais car je ne voulais pas écrire sur le confinement. Il faut parler d’autre chose, non? D’un autre côté, bien que n’ayant ni télévision ni réseaux sociaux ni addiction au contenu sur Internet, j’ai décidé il y a peu de m’informer sur la situation, après une cure de trois semaines sans nouvelles. Et maintenant, je suis obsédée. Pas d’une manière malsaine, mais je m’interroge. Il est clair que le monde ne sera plus jamais le même. Ce qu’il sera exactement, on ne peut pas spéculer.

Alors, en tant que citoyens, à quoi doit-on veiller?

Prélude : la stratégie du choc

Étant une personne sensible, je ne suis sur aucun réseau social et je ne regarde jamais, jamais les informations. Ma seule manière de me tenir au courant est à travers mes amis et collègues, par des livres, ou encore en écoutant par accident la télé du café ou du kébab du coin. Pendant le confinement donc, je n’ai pas dérogé à cette règle, bien au contraire. Il fallait dans un premier temps que je me recentre sur moi…

Puis une personne de ma famille est morte du virus. « Heureusement » pour moi, je ne la connaissais pas très bien. Toutefois, le fait que ce phénomène atteigne la sphère familiale, même éloignée, m’a mise en état d’alerte. J’ai replongé dans les média avec lesquels j’avais rompu auparavant par instinct de survie : Médiapart, Libération, Usul, Le Média Libre…

En réalité, c’est cette vidéo qui a déclenché ma soif d’information :

Après le COVID-19 : La Stratégie du Choc, par la chaîne YouTube Partager c’est sympa.

Dans cette vidéo, le youtubeur nous rappelle la tactique décrite par la journaliste canadienne Naomi Klein dans son fameux ouvrage _ adapté en film si ça vous intéresse _ La Stratégie du choc. Les décideurs politiques profitent de l’effet de sidération provoqué par les moments de crise auprès des citoyens pour imposer leur politique néo-libérale et des lois liberticides. Cela s’est produit notamment après le 11 septembre, lors de l’éclatement de la crise des subprimes, suite à Charlie Hebdo, après le Bataclan… Et maintenant.

Ayant lu certains de ses livres, j’étais déjà familiarisée avec la pensée de Naomi Klein. L’analyse de Vincent Verzat, le vidéaste en question, me semblait d’autant plus crédible. Évidemment qu’un krach financier monumental était en train d’arriver sous nos yeux sans que cela soit notre priorité. Évidemment que la surveillance policière était omniprésente mais qu’étant donné les circonstances, on s’en formalisait à peine. Évidemment que la nature n’allait pas reprendre ses droits éternellement car il faudrait « relancer l’économie ». Évidemment qu’ils allaient nous obliger à être bien sages et à « faire des efforts » pour ressusciter une économie virtuelle, impossible à sauver par une conjonction de sacrifices individuels, à cause d’une crise qu’ils avaient provoquée par leur négligence _ le mot est bien faible _ pour laquelle et à cause de laquelle nous continuons à mourir. Évidemment qu’après les miettes de RSA et de chômage partiel données par-ci par-là aux gens _ ce qui vaut mieux qu’un pays sans aides sociales, entendons-nous bien _ ils allaient nous inciter _ nous, les Français!! _ à sacrifier nos congés payés.

Avant cette vidéo, je me disais comme beaucoup d’entre nous : « chouette, il y a moins de pollution », « chouette, les gens se rendent compte qu’ils ont un droit fondamental à profiter de la vie », « chouette, Macron a l’air de remettre en cause sa gestion désastreuse du système de santé »… Après la vidéo, j’étais gonflée à bloc. Passé ce moment désagréable, j’ai continué à m’informer, bien sûr, et surtout à réfléchir. Comment limiter la catastrophe socio-économique qui nous attend?

Je ne suis pas une professionnelle de la politique, encore moins de l’économie, mais je sais m’exprimer et je pense qu’il est de notre devoir de citoyens de nous informer mutuellement et d’échanger sur les dangers qui nous guettent et les solutions possibles. Cet article se veut un appel à la vigilance collective et à la préservation de soi. Rendez-vous dans la deuxième partie.

Publié par suziegroove

Touche-à-tout intéressée par l'écriture, la cuisine et la programmation. J'essaie de créer des tutos simples et pratiques tout en vous partageant mon expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :