Se créer un cocon pour mieux se recharger (partie 2)

La suite tant attendue par mes 3 abonné.e.s!

L’odorat

Je pense que vous savez ce qu’il faut faire pour garder une maison propre et la débarrasser d’odeurs gênantes. Cependant, je vous conseillerais d’opter un maximum pour des produits naturels. En plus de respecter la planète, vous pourrez respirer sans problème après avoir fait le ménage, sans avoir besoin d’aérer ou de rester en apnée pendant plusieurs heures. Je ferai peut-être un article plus détaillé prochainement sur le sujet.

L’encens et le papier d’Arménie sont un plaisir à utiliser pour stimuler les sens. Mon préféré est l’encens d’oliban, connu pour son efficacité contre la déprime. Achetez-le de préférence de bonne qualité, il sera moins dangereux pour votre santé. Quant au papier d’Arménie, je prends toujours la version sans parfum ajouté, elle sent déjà très bon. Mon petit rituel est d’en brûler après ma session de ménage hebdomadaire, c’est ma récompense. Évitez par contre les bougies parfumées, encore plus polluantes pour votre intérieur. Si vous voulez des poumons impeccables, investissez plutôt dans un diffuseur d’huiles essentielles. Si vous ne pouvez pas, mettez quelques gouttes dans un bol d’eau sur un radiateur chauffé _ attention quand même. Je vous ferai un petit topo sur les huiles essentielles bientôt, c’est promis. En attendant, la lavande convient très bien pour commencer.

Pensez également à laver de temps en temps vos tissus qui se nettoient à la main. Je n’avais pas lavé mon écharpe depuis des mois, je l’ai fait il y a à peu près une semaine… Et l’eau était noire. Noire de crasse et de pollution, sans doute. Elle ne sentait pas spécialement mauvais, mais je me rendais compte que je respirais sa poussière et que je toussais souvent. J’ai mis quelques gouttes d’huile essentielle dessus et depuis, je prends beaucoup plus de plaisir à la porter, avec comme avantage considérable qu’elle me sert de rempart contre les mauvaises odeurs dans le métro. Son odeur m’apaise aussi quand je suis dans une foule, voire dans une manif, et que je commence à paniquer.

Un dernier petit conseil : pas de plantes dans votre chambre, ou en tout cas pas n’importe lesquelles. Certaines génèrent de l’humidité, ont une odeur assez prenante, et toutes rejettent du dioxyde de carbone la nuit.

Le goût

Je n’écrirai pas trop là-dessus. Le goût passe essentiellement par ce que l’on mange, je crois que vous le savez… Faire attention à ce que l’on met dans sa bouche, manger en pleine conscience, partager un bon repas avec quelqu’un qu’on aime, prendre le temps de cuisiner, tester des spécialités de différents pays, ajouter des épices et des herbes dans ses plats sont autant de manières de stimuler subtilement notre palais. Mon astuce quand je cuisine est de réduire au maximum le sucre et le sel, pour sentir pleinement le goût des ingrédients. Pour compenser, je mets de l’ail dans presque toutes mes recettes salées… Bien sûr vous devez hurler d’horreur en lisant cette ligne. Attention aussi au café, qui diminue la sensibilité du palais. Dans certaines boutiques d’ittar _ parfum sans alcool fabriqué dans plusieurs pays musulmans _ les commerçants vous font même sentir du café entre chaque essai pour annuler l’odeur précédente.

Le toucher

Important, surtout lorsqu’on vit seul.e et qu’on a besoin de douceur…

Mon premier conseil est, si vous le pouvez, d’investir dans des tissus de bonne qualité, tant pour vos vêtements que pour votre linge de lit. Si vous avez des cheveux longs, secs et épais comme les miens, des taies d’oreillers en satin de coton créeront moins de friction, les abîmant moins. La soie fait aussi très bien l’affaire, si vous voulez dépenser tout votre argent. Laver régulièrement votre housse de couette et tout le reste _ une fois toute les deux semaines si vous êtes motivé.e _ enlèvera toutes les petites saletés, les miettes, les cheveux, les grains de poussière, et de là améliorera considérablement la qualité de votre sommeil.

En ce qui concerne les vêtements, ayez au moins chez vous une tenue à votre taille et confortable. J’insiste sur la taille, car même si vous avez tendance à prendre du poids, vous devez adapter les vêtements à votre corps et non l’inverse. Si vous restez dans des vêtements trop serrés, vous allez détester votre corps encore plus et celui-ci vous le rendra en vous en faisant voir de toutes les couleurs. En plus de cela, vous aurez plus de mal à respirer, à vous baisser… ce serait dommage non? Si vous prenez du poids plus vite que vous ne pouvez acheter de nouveaux vêtements, choisissez des tenues élastiques et plutôt larges. Vous êtes chez vous après tout, personne ne vous verra.

Si vous vous sentez d’attaque et que vous ne comptez pas partir en vacances trop souvent, adoptez un chien ou un chat ou n’importe quelle autre boule de douceur à qui vous voulez donner de l’amour. Si la S.P.A. vous rebute, vous pouvez aussi kidnapper un humain.e poilu.e et / ou chevelu.e.

Plus sérieusement, si comme moi vous ne vous sentez pas prêt.e à prendre la responsabilité d’un autre être vivant ou que vous voulez dormir chez vos ami.e.s à l’improviste, achetez-vous un bon plaid au marché et bichonnez-le. Ça fait aussi très bien l’affaire. Et vous n’y serez même pas allergique.

Dans le même registre hivernal, entourez-vous de chaleur : bouillotte, boisson, chaude… Quelque chose qui fonctionne bien pour moi, notamment quand je traverse une déprime passagère ou que je me sens en manque d’affection, est de poser une petite bouillotte sur mon cœur. Ne vous faites pas trop violence pour les économies de chauffage, sauf si vous êtes vraiment à sec. Essayez plutôt de gérer votre consommation électrique intelligemment. Vous n’êtes pas censé.e lutter contre les éléments à l’intérieur de votre maison. Sachez aussi que les personnes hypersensibles ont tendance à plus ressentir le froid et que si vous l’êtes, vous devez l’accepter.

Pour les personnes qui aiment se connecter à leur côté créatif, faites-vous plaisir. Ressentez le contact avec les objets. Écrivez avec un stylo à plume, sur du bon papier, envoyez des lettres, jouez avec des pastels… Comme d’habitude, ne vous entourez pas frénétiquement de nouveaux objets, ne videz pas votre compte bancaire pour vous « sentir mieux », restez en conscience. Si vous commencez avec du papier d’impression et un stylo à bille, très bien. Vous verrez que plus d’idées vous viendront en tête que quand vous tapiez sur l’ordinateur. Un petit bonus qui peut vous apporter beaucoup de joie.

Je termine avec quelque chose de plus prosaïque : les produits nettoyants et le savon. Si vous avez un désir constant d’ordre et de propreté et qu’en plus vous avez la peau sensible, vos mains vont vite être abîmées, pas seulement dans le sens où elles ne seront pas belles, mais où des plaques douloureuses pourraient apparaître. Choisissez donc des produits aussi naturels que possible, avec peu de produits chimiques ou de parfums, de préférence ecolabel _ attention au greenwashing. De même pour les cosmétiques : peu d’ingrédients valent mieux et coûtent (parfois) moins cher qu’une marque. Optez pour des matières premières, comme l’huile d’olive (pour le visage et les mains) ou l’huile de coco (pour à peu près tout). Votre peau vous dira merci.

Et… les vibrations

Quand je dis « vibration » ça fait un peu secte New Age. J’utilise ce mot faute de mieux et parce qu’il permet d’englober pas mal de choses. Prendre ses distances avec les personnes toxiques, simplifier sa vie, nettoyer et ranger régulièrement son appartement, faire le vide en se débarrassant des objets, mais aussi des pensées inutiles… Avec ce mot, les frontières entre le monde matériel et l’esprit, entre l’intérieur et l’extérieur sont brouillées. C’est ce que j’essaie de vous faire comprendre : même si vous pensez qu’une session de nettoyage est inutile, que vous vous en occuperez plus tard, que vous allez perdre du temps à aérer votre pièce ou à faire du tri, ce « trop-plein » va s’accumuler et peser sur vous de manière plus ou moins palpable. Si vous tapez « minimaliste » sur Internet _ que cette tendance vous attire ou non _ vous allez tomber sur de nombreux témoignages de personnes qui, après des années à vivre entourées de tout un surplus d’objets et de poussière, ont soudainement réalisé qu’elles croulaient sous leurs biens matériels qu’elles avaient appris à considérer comme une richesse, voire comme une présence rassurante. Parfois, on n’a pas forcément besoin de plus d’objets pour se sentir en sécurité, mais simplement d’un plus petit espace.

Un article inutile?

Au début, j’étais assez sceptique à l’idée d’écrire cet article. Je ne veux pas trop me concentrer sur le développement personnel dans ma création de contenu. Le danger serait d’inciter les gens à rester dans leur cocon, qu’ils fuient le monde et se réfugient dans leur 20 mètres carré sans avoir la motivation de lutter pour leurs droits ou de faire une différence dans ce monde. J’ai vaguement évoqué ma dépression dans la première partie. Je suis loin d’être un cas à part et je le sais. Une personne sur 5 connaîtra un épisode dépressif majeur au cours de sa vie selon les statistiques actuelles, mais je suis persuadée que nous allons tous passer par là en ce 21ème siècle. Notre environnement est sur-saturé d’informations, nous sommes forcé.e.s à devenir plus productifs que les machines qui devaient nous simplifier la vie et la crise écologique, surtout, est extrêmement anxiogène, que l’on soit ou non dans le déni. L’argent va et vient, mais pas la planète.

J’hésitais également à écrire cet article à la suite de ma lecture de l’excellent livre de Susan Falludi, Backlash. Cet ouvrage de référence qui décrit la chute des conditions de vie des femmes occidentales dans les années 1980 parle notamment de la tendance du « cocooning » née à cette époque. Pour l’autrice, cette injonction à se protéger du burn-out et à surtout rester chez soi, dirigée uniquement vers les femmes, était une manière de renvoyer les femmes à leur foyer et de freiner leur carrière, qui menaçait trop celle des hommes depuis les années 1970.

Or le monde a changé depuis les années 1980, et de nouveaux courants féministes ont émergé. Nous nous sommes rendu compte que le problème était double. Non seulement les postes prestigieux étaient réservés aux hommes, mais la conception du succès dans nos sociétés est extrêmement patriarcale. Tout ce qui est assigné au féminin, qui constitue une contre-culture avec ses propres valeurs et formes d’expression, est systématiquement dénigré. Pourquoi le tricot serait-il une forme de création moins légitime que la haute-couture? Pourquoi les guerriers reçoivent des médailles, alors que les infirmières qui sauvent des vies sont réduites à des fantasmes pornographiques? Récemment, la notion de charge mentale s’est répandue dans le grand public et a fait ressurgir la « chambre à soi » de Virginia Woolf, rappelant la nécessité pour les femmes d’avoir un espace à elles où elles ne seront pas dérangées pour pouvoir se reposer, s’épanouir et CRÉER. Pendant ce temps, les hommes comme les femmes subissent une agression généralisée des sens. Nous avons tous, maintenant, le désir de nous retrancher dans un endroit calme, ne serait-ce que cinq minutes par jour.

Cet article se veut à destination des femmes ET des hommes qui souhaitent améliorer leur cadre de vie par quelques étapes faciles et ludiques, qu’il.elle.s soient en bonne santé mentale ou dépressifs, hypersensibles ou éreintés par le monde moderne. Prendre soin de son lieu de vie est important. Ce sujet mérite bien mieux que quelques placements de produit dans un magazine féminin. J’aimerais beaucoup écrire des articles plus militants dans le futur, mais comme dans la vie réelle, je commence par un tout petit pas juste devant moi. Se sentir bien chez soi permet d’avoir une conscience plus apaisée, de se ressourcer pour laisser place à notre envie d’aller dehors et de contribuer à rendre le monde meilleur.

Et pour alléger tout ça, un petit visuel sympa à télécharger, disponible aussi sur mon Pinterest (suzie-groove, lien dans la légende) :

https://www.pinterest.fr/suziegrooove/

Publié par suziegroove

Touche-à-tout intéressée par l'écriture, la cuisine et la programmation. J'essaie de créer des tutos simples et pratiques tout en vous partageant mon expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :