Conseils pour oser voyager seule

Vous rêvez de voyager seule mais n’osez pas vous lancer? Voici mes conseils

Attendez avant de parler de votre projet

En tant que femme, on a souvent tendance à être découragée par notre entourage. Une règle simple : ce sont celle.ux qui vous veulent le plus de bien qui vous feront douter et qui, en partant d’une bonne intention, porteront un coup à votre confiance en vous, en votre capacité de faire les choses par vous-même.

Alors un petit conseil : maturez votre projet avant d’en parler à qui que ce soit. Sinon, vous risquez fort de baisser les bras suite à des histoires sordides de viols et de disparitions qu’on vous aura racontées de force, ou encore à cause d’un exposé par A + B que votre plan n’est pas parfait et que vous n’avez pas la bonne « personnalité » pour vous imposer en milieu hostile.

Rassurez-vous, je suis douce et introvertie, j’ai un physique d’agneau et je suis hyper maladroite. Pourtant, j’ai voyagé seule de nombreuses fois et je suis toujours vivante.

Projetez-vous de façon positive

Plutôt que de regarder des reportages sur le trafic d’organes dans la région où vous rêvez de vous rendre, renseignez-vous plutôt sur la cuisine locale. Je suis une grande peureuse _ oui, ça fait beaucoup de défauts en juste un article _ donc je sais de quoi je parle.

Effectivement, je suis une « pessimiste constructive », ce qui signifie que je vais prévoir tous les risques pour un projet donné. Le problème, c’est que dans la plupart des cas je serai découragée avant même de commencer. Bien sûr, si on saute en parachute on veut s’assurer d’être bien harnaché.e. Mais si on se visualise en crêpe au sang, on a toutes les chances de rentrer dans l’avion en pleurant.

J’essaie donc de me constituer une liste sympa de choses à faire, de personnes à rencontrer _ si je voyage par Couchsurfing ou que je vais voir un.e ami.e _, un album photo virtuel de lieux à visiter. Vous pouvez même créer un vision board si vous devez VRAIMENT vous motiver et que c’est votre truc. Enfin, fermez les yeux, imaginez-vous avancer dans ce fameux pays avec sérénité et répétez autant de fois que nécessaire.

Anticipez les risques

Si la phrase « je vais me faire violer c’est sûr » revient dans votre tête de façon intrusive, ça ne sert à rien de vous auto-répondre : « mais si ça va aller t’inquiète ». C’est comme si vous étiez face à un taureau furieux et qu’une personne derrière vous vous tenait par les épaules en disant : « bouge pas, c’est tranquille, regarde il est cool ». Très très moyennement efficace, malgré ce dont la majorité des gens qui veulent « vous aider » sont convaincus.

Mon conseil serait donc plutôt de vous poser et de prendre une feuille de papier _ incroyable le nombre de choses qu’on peut accomplir avec du papier et un stylo. Écrivez TOUTES vos peurs par rapport à ce voyage, même les plus infondées, de « mon mec va me quitter si je voyage trop longtemps » à « mais là-bas ils parlent pas anglais » en passant par « la place de la femme dans ce pays a pas l’air super ». Ensuite, trois étapes :

Renseignez-vous sur la probabilité de ce scénario

Et selon des sources fiables, merci. Avant de partir en Turquie, lorsque j’ai voulu « me renseigner », j’ai entendu tout et n’importe quoi : « il vaut mieux que tu portes le voile », « vas-y avec ton copain, sinon n’y vas pas », « tu vas te faire arrêter, parce que c’est une dictature », « il va y avoir plein d’attentats c’est sûr », « le pays est au bord de la guerre civile ». Bon. Je suis en un seul morceau et en liberté. Oui, le régime se durcit, mais je suis une touriste lambda qui veut prendre des photos et manger des loukoums, pas faire un documentaire anarchiste militant. Donc je ne crois pas que les autorités locales se soient intéressées plus que ça à mon cas. Les attentats, il y en avait plus à Paris à cette époque-là qu’à Istanbul, donc je me suis dit « foutue pour foutue » et j’y suis allée pour me rendre compte que les locaux ne se sentaient pas trop menacés. Quant à la place de la femme, on peut avoir des surprises. En fait, je sentais les hommes beaucoup plus respectueux de mon espace personnel qu’à Paris. Ce qui fait sens dans un pays à majorité musulmane : ça ferait mauvais genre de se coller à une femme dans un lieu public. Et encore, je généralise parce que chaque pays « musulman » est différent, de la même manière que chaque pays « catholique » est différent. Ce que j’essaie de dire, c’est que la place des femmes dans une culture ne se résume pas à une idée. C’est un système de pensées, un réseau d’impératifs et de préjugés. Dans des pays dits plus patriarcaux que la France, j’ai donc bénéficié du raisonnement : « c’est une femme, elle est seule, il faut l’aider ». Toute situation amène une réponse différente.

Donc, mes conseils : évitez les forums, où l’on sentira plus le besoin de communiquer une expérience négative que positive. Évitez de parler à un.e proche qui, bien qu’ayant voyagé ou vécu dans ce pays, conserve de nombreux biais négatifs par rapport à la religion, à l’ethnicité, à un certain groupe social… De même, éloignez gentiment les avis de personnes certes locales, mais qui limitent leur vie quotidienne à leur quartier / leur ghetto (pour riches aussi) / leur groupe social.

Où donc trouver des informations à peu près crédibles? Je me pose même la question, mais je dirais que les blogs de voyage, les guides touristiques, le site du gouvernement français (à prendre avec un peu de recul selon les conditions diplomatiques du moment), les locaux ou expatriés à l’inverse des profils ci-dessus constituent des sources fiables.

Si votre peur est fondée, trouvez des stratégies pour réduire ce risque

Un pays, c’est grand (en général). Une ville aussi. Vous ne courez pas les mêmes dangers dans le Nord-pas-de-Calais que dans le Vieux-Port ou la forêt de Sénart. Et une autre personne ne courra pas les mêmes dangers que vous dans ces mêmes endroits. Il ne s’agit pas d’être faible, fort, imposant ou gentil, mais d’être bien adapté.

Retour à la feuille de papier. Rayez toutes les peurs a priori infondées. Concentrez-vous a. sur les risques que vous, tel.lle que vous êtes, vous encourez selon b. les endroits précis que vous souhaitez visiter. Vous n’êtes pas athlétique et avez peur de faire cette randonnée? Renseignez-vous un maximum sur les conditions du terrain. Y a-t-il des aires de repos pour diviser votre parcours en étapes? Devez-vous vous habiller d’une certaine façon pour éviter l’insolation? Le sentier est-il fréquenté ou vaut-il mieux choisir un guide, voire un circuit organisé? Si cela semble trop risqué mais que vous avez quand même besoin de verdure, pouvez-vous aller dans un grand parc à la place?

Évaluer les risques et les prévoir non seulement rendra vos aventures plus agréables, vous encourageant à explorer plus la prochaine fois, mais vous épargnera aussi des nuits d’insomnie avec cette petite voix qui vous dit que vous n’êtes pas assez préparé.e.

Si ce scénario devait se produire, sachez comment vous comporter

Un attentat, un éboulement, un enlèvement, on n’a pas envie d’y penser mais ça peut quand même se produire. Inutile d’aller à la salle de sport tous les jours « au cas où » vous devriez soulever un bloc de béton pour dégager une personne des décombres d’un bâtiment. Ou de prendre des cours d’auto-défense qui vous laisseront avec le sentiment de ne pas être assez performant.e.

Recevoir des alertes de l’ambassade de France, leur signaler à l’avance où vous souhaitez vous rendre, donner régulièrement des nouvelles à votre famille, prévoir une assurance voyage assez complète, permettre la localisation de votre téléphone même quand il est éteint, sont des petites actions simples qui peuvent vous préserver de pas mal d’anxiété. Pensez à toutes les fois où les Français.es ont été rapatrié.es en urgence. Dans ce type de situation, vous ne regretterez pas d’avoir effectué ces démarches.

Demandez conseils à d’autres voyageuses solos

C’est la meilleure manière de dominer vos peurs et de vous dire que si votre collègue / amie / sœur / camarade / copine de votre ami l’a fait, alors vous pouvez le faire. Prévoyez une liste de questions, même si certaines paraissent ridicules, car cette personne a elle aussi eu des peurs avant son premier voyage solo. N’oubliez pas les moindres aspects pratiques, tels que le type de protection à emporter quand on a ses règles. Par exemple, une cup menstruelle peut être super pratique dans un pays avec de l’eau potable, mais se transformer en cup de Petri ailleurs.

Demander conseil à une autre femme est un excellent moyen de se sentir moins seule, moins « excentrique ». Une fois que vous lui aurez parlé de votre projet, vous serez sans doute moins tentée de reculer et plus motivée. Surtout, ce peut être l’occasion d’entendre un merveilleux témoignage qui vous fera oublier vos peurs et passer à l’action.

Quand vous serez dans le pays en question, pensez à cette femme qui vous a aidée, envoyez-lui une carte, achetez-lui un souvenir ou des gâteaux. La solidarité féminine et la gratitude sont des choses précieuses dans ce monde. Et qui sait, peut-être passerez-vous un jour cette énergie à une autre femme avide de découvertes.

Allez-y par étapes

C’est le conseil que l’on retrouve dans n’importe quel article de développement personnel pour n’importe quel projet… Allez-y par étapes. Enfin, selon votre degré de peur. Si vous êtes vraiment très sédentaire et que vous n’avez plus l’habitude de passer du temps seule, commencez tout petit en prévoyant une journée en ville en tête-à-tête avec vous-même. Puis dans une autre ville. Puis dans une autre région. Et, le plus attendu, dans un autre pays. Si vous faites vraiment TOUT avec les autres, une sortie seule au cinéma, voire au café devrait déjà être un grand pas pour vous. Un pas dont vous devez être fière. Vous pouvez même tenir un journal de bord de vos progrès, ou faire un album photo si ça vous aide.

Personnellement, il m’a suffi d’un séjour dans le Sud, puis d’un en Écosse pour me lancer dans un tour de l’Europe de deux mois en solo. Je ne dis pas ça pour me vanter, mais pour montrer qu’un rythme de progression classique est assez artificiel. Le voyage de vos rêves commence à partir du moment où vous vous sentez confiante et motivée.

Et rappelez-vous

Vous n’êtes pas une idiote inconsciente. Vous n’êtes pas provocante. Vous n’êtes pas une amatrice irresponsable. Vous n’êtes pas orgueilleuse ou égoïste, ou trop ambitieuse à l’idée de voyager seule. De plus en plus de femmes le font. Tous ces jugements négatifs sont des insultes gratuites à l’encontre de l’ensemble des femmes dès que l’une de nous est agressée / kidnappée / violée ou ose faire quelque chose d’un peu hors du commun qui, si un homme le faisait, le propulserait au rang de « mec qui ose, qui prend des risques » (et bien sûr pour lui, dans un sens positif). Si il devait arriver un malheur à ce voyageur hypothétique, cela serait attribué à la malchance, voire à son courage, plutôt qu’à sa stupidité.

Et si vous êtes peureuse, oui c’est épuisant, mais c’est plutôt bon signe. Cela veut dire que votre mécanisme de survie est activé.

Maintenant, profitez de votre voyage. Parce que, comme tout être humain, comme les hommes, vous avez le droit fondamental de circuler, de grandir face à l’altérité, d’apprendre à vous débrouiller seule et de vivre de belles expériences.

Publié par suziegroove

Touche-à-tout intéressée par l'écriture, la cuisine et la programmation. J'essaie de créer des tutos simples et pratiques tout en vous partageant mon expérience.

6 commentaires sur « Conseils pour oser voyager seule »

  1. Waouh, merci pour cet article très complet.
    Ça peut effectivement être effrayant de voyager seul lorsque l’on est une femme et je trouve ça super que l’on s’encourage à passer le cap. Ton article est une mine d’informations et de conseils pour relativiser.

    Bisous.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :